Vous doutez de votre plume ? Vous doutez de votre créativité ? Vous doutez de vos capacités ? C’est parfait, vous êtes prêt(e) à écrire !

En tant qu’auteur, le doute fait partie de notre quotidien. Doute sur le style, doute sur l’intrigue, doute sur le projet en lui-même… L’écriture, la relecture et la réécriture d’un roman peut parfois ressembler à une tâche si colossale qu’on n’ose pas s’y atteler, ou qu’on remet toujours à plus tard.

Je doute, donc je pense…

Pourtant, le doute est une excellente chose. Se remettre continuellement en question est fondamental dans le processus d’écriture. N’avez-vous jamais eu cette sensation, devant tout le travail à abattre, que votre objectif vous semble si loin et si flou ? Et ensuite, une fois votre travail achevé, que tout vous semble si limpide, si clair, et vous vous demandez pourquoi vous avez mis autant de temps à y parvenir ?

Ce processus mental est possible grâce au doute. Si vous ne doutez pas de vous et foncez bille en tête avec votre idée de base, vous courrez très probablement à l’échec critique. Que ce soit au niveau du style ou de l’intrigue, les premiers jets sont toujours mauvais. Toujours. Demandez à n’importe quel auteur confirmé, il vous le dira. Votre capacité à douter de votre propre production vous permettra de prendre autant de recul que possible pour identifier les erreurs et faiblesses de votre texte et les corriger.

…je pense, donc j’écris

Ce qui ne veut pas dire que vous ne devez pas avoir confiance en vous ! Ayez foi en vos talents d’auteurs, mais bannissez la foi aveugle en doutant de tout, toujours, tout le temps. Vous avez terminé un scène d’action que vous trouvez géniale ? Laissez-la reposer quelques jours, reprenez-la, et doutez. Décortiquez chaque petit bout de la scène, et doutez de son intérêt. Procédez comme les scientifiques ; ne cherchez pas à prouver que votre scène est géniale, trouvez toutes les raisons pour lesquelles un lecteur pourrait la trouver mauvaise ou maladroite.

Rechercher, traquer et débusquer toutes les faiblesses de votre texte vous permettra d’améliorer significativement votre premier jet, avant de le proposer à vos beta-lecteurs…  car n’oubliez pas que même si vous déployez des trésors de doute, vous n’aurez jamais assez recul pour vous juger vous-mêmes.

Ne craignez plus le doute, accueillez-le et chérissez-le, car c’est ce doute qui vous permettra d’atteindre le niveau de qualité dont vous rêvez ! Ecrivez sans retenue, sans restreinte, laissez courir votre plume. Et seulement lorsque vous aurez terminé, commencez à douter pour passer à la vitesse supérieure.

Réhabilitez le doute dans votre processus d’écriture, et faites-en votre meilleur allié ! Il vous le rendra au centuple… Amis auteurs ou auteurs en herbe, n’attendez plus, doutez et écrivez 😉

 

Publicités