Il existe une multitude de services plus ou moins gratuits pour promouvoir son livre. Parmi eux, le plus connu, celui du géant Amazon, le service KDP Select.

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, s’abonner à ce service permet d’inscrire son livre à l’abonnement Kindle. Tous les lecteurs présents sur Amazon et payant un abonnement mensuel pourront emprunter votre ebook librement.

En tant qu’auteur, vous êtes ensuite rémunéré au nombre de pages lues, et non par exemplaire emprunté. Et c’est là que ça se complique.

Le nombre de pages de votre livre est déterminé automatiquement par Amazon : vous obtiendrez donc un Kindle Edition Normalized Page Count (KENPC) v2.0 pour chacun de vos ouvrages.

Dans les rapports d’Amazon, vous ne voyez pas le nombre d’ebooks empruntés, mais bien le nombre de pages lues. Pour estimer vos gains, munissez-vous de votre KENPC et multipliez-le par 0,005€.

ATTENTION, il ne s’agira que d’une estimation, car le taux de rémunération varie chaque mois. Amazon décide d’un fonds mondial mensuel pour tous les auteurs (entre 11 et 12 millions d’euros généralement), et divise ensuite ce fonds selon le nombre d’auteurs et le nombre de pages lues sur ce mois. En moyenne, vous obtiendrez donc 0,005€ par page.

Cela vous semble peu ? Pas forcément.

Je vais prendre l’exemple de mon livre L’Esprit du Combat, qui compte 472 pages KENPC. Il est vendu à 2,99€ sur la plateforme d’Amazon, et disponible à l’emprunt via KDP Select.

Lorsque mon livre est acheté, je reçois 70% du prix en redevances, soit 1,94€.

Lorsque mon livre est emprunté et lu jusqu’à la dernière page, je reçois 472×0,005= 2,36€

Comme vous pouvez le constater, pour un ebook lu entièrement, je gagne plus via KDP Select que via un achat classique.

Il faut cependant relativiser. Je déconseille de vendre son livre moins de 2,99€, en tant qu’auteur auto-édité, essentiellement pour des questions d’image de qualité et ne pas brader son oeuvre. Dans ces conditions, si votre livre compte un nombre inférieur de page, les emprunts vous feront gagner moins d’argent.

MAIS il ne faut pas oublier que les emprunts, même s’ils vous rapportent moins qu’une vente, sont toujours intéressants : de nouveaux lecteurs vous découvrent, ils vous permettent de grimper dans le classement des ventes et votre livre reste ensuite bien au chaud dans les liseuses des lecteurs, qui finiront par les lire.

Il ne faut pas oublier que pour un lecteur qui ne vous connait pas, emprunter est une action sans risque, tandis que dépenser 2,99€ peut rebuter.

Alors finalement, KDP Select, intéressant ou pas ?

Pour moi, les avantages sont très supérieurs aux inconvénients. Certes, vous vous engagez pour 3 mois (renouvellement automatique ou non, vous choisissez) à accorder l’exclusivité de votre ebook (mais pas le livre papier) à Amazon.

Mais en contrepartie, vous profitez de la puissance d’exposition d’Amazon, vous proposez « gratuitement » un ouvrage à des milliers de lecteurs en étant rémunéré et vous bénéficiez plus facilement des promotions d’Amazon (comme les offres éclairs).

En 3 mois pour l’Esprit du Combat, j’ai eu plus de 22 000 pages lues, soit au moins une 50aine de livres empruntés – et lus en entier ! – et plus de 110€ de redevances.

A vous d’estimer, selon le genre de votre livre et votre nombre de pages, si vous souhaitez vous abonner, mais pour un jeune auteur il s’agit d’une excellente opportunité de se créer un public.

Et puis ce n’est que pour 3 mois ! Alors lancez-vous 😉

Avez-vous des expériences à partager avec le programme KDP Select ? Dites-moi tout dans les commentaires !

 

Publicités